Les Jeudis de l’Innovation IRIIG (JeDII) : Infobésité, fake news, … le rôle du digital : un enjeu sociétal ?

Ce jeudi 25 février avait lieu un Jeudi de l’Innovation à IRIIG (JeDII) présentant le concept de « Infobésité, fake news, … le rôle du digital : un enjeu sociétal ? ». Il était animé par Bertrand GIFFON et Valérian PÊPE, co-fondateur de Be.my media, l’application mobile, qui propose plus de 300 sources, notamment journalistiques, fiables et diverses, rigoureusement sélectionnées. Ils nous dévoilent aujourd’hui leur image de l’information et son évolution dans le monde digital.

Face à l’évolution des médias au cours des 30 dernières années le digital a joué un rôle prépondérant en faisant émaner des éléments positifs, avec une diversification des moyens d’accès à l’information, mais aussi des côtés négatifs représentés, entre autres, par les fakes news et l’infobésité. 

Aujourd’hui, les plateformes ont détourné la manière de visionner du contenu, on consomme beaucoup plus rapidement avec une qualité de concentration moindre. Effectivement l’attention est passée de 12 secondes en moyenne sur un contenu d’information (article, vidéo…) à 8 secondes. C’est ce qui explique en grande partie le succès de Snapchat en tant que « média ». 

Avec l’arrivée du digital dans les médias traditionnels d’information on a pu voir les réseaux sociaux investir la tête du classement des plateformes d’information face à tout le reste du monde médiatique. Pourtant une étude révèle que seulement 24% des interrogés font confiance aux médias. Malgré ce pourcentage très bas, Snapchat occupe la première place des plateformes d’information loin devant Le Monde (5ème place dans le classement de l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias) pour qui l’information est le cœur de métier. Ce constat est paradoxal puisque les citoyens éprouvent une réelle méfiance face aux médias mais préfèrent consommer du contenu sur des réseaux sociaux où la maîtrise de la source et de la vérité du contenu est amoindrie. En effet, de nos jours, près de 94% des utilisateurs de réseaux sociaux ne vérifient pas l’information découverte. Cela a donc entrainé une dégradation de l’image de l’information qui est devenue un divertissement.

L’information génère plusieurs enjeux chez chacun d’entre nous à différents niveaux. En tant qu’individu elle nourrit notre culture générale et la richesse de nos connaissances en nous donnant accès à de nouveaux domaines de compétences. Elle nous permet de mieux comprendre notre environnement et de s’y adapter plus facilement.

Sur le plan professionnel, l’information engendre l’intelligence économique, activité clé de l’entreprise, c’est-à-dire ce qui est relatif à l’activité de veille, outil majeur de compétitivité à ce jour qu’on retrouve très souvent peu optimisé en entreprise alors qu’elle nourrit l’innovation et donc les projets de demain.

Chaque individu peut accroître ses connaissances, son expertise dans des domaines très vastes ce qui permettra à chacun de véritablement se positionner en tant que professionnel dans l’écosystème de son champ d’activité. 

L’information est donc un enjeu vital pour l’ensemble de la population et lui permet de continuer à se transformer.

Les évolutions dues à l’arrivée du digital dans le journalisme ont provoqué des enjeux à différents niveaux. On a malheureusement pu voir l’émergence des fake news mais aussi des deepfakes (modification de la réalité pour tromper et amener les gens à penser quelque chose de totalement différent en créant un fait de toute pièce), les rumeurs ou encore les théories du complot sur des sujets de société qui suscitent de vives réactions.

Il est du devoir de chacun d’entre nous d’apprendre à diversifier ses sources, à comparer les informations mais surtout d’avoir un esprit critique sur le contenu consulté. L’éducation est une réponse extrêmement forte pour contrer les impacts négatifs de la réception de l’information et ainsi agir durablement dans la société. En revanche, c’est un travail de longue haleine qui demande du temps et de l’investissement personnel. 

Les deux co-fondateurs de Be my média, Bertrand GIFFON et Valérian PÊPE, l’ont compris et œuvrent en ce sens pour permettre à chacun de s’informer sur un large panel de thématiques via l’application qu’ils ont développée.

Cette conférence a permis une prise de conscience du monde de l’information aux multiples facettes :

  • Fragilités économiques: aucun média qui a réussi à avoir un modèle économique digital qui fonctionne véritablement aujourd’hui.
  • Infobésité: la multitude d’informations disponibles a changé l’image de l’information avec les sources non vérifiées et faits amusants, qui est vu aujourd’hui comme un divertissement.
  • Bulles de filtres: les algorithmes utilisés sur les réseaux sociaux auraient tendances à renforcer les opinions et croyances des utilisateurs en leur recommandant des contenus en adéquation avec leurs préférences.
  • Fake news et complotisme: sur l’ensemble des informations disponibles, certaines sont créées pour influencer le public. Cela entraine auprès des différents utilisateurs une méfiance vis-à-vis de l’information ou encore une exagération des propos compris par le public, entrainant la création du complotisme.
  • Biais cognitifs: pour avoir un impact plus important sur le public, la presse va utiliser les biais cognitifs pour la transmission de l’information. En effet, en modifiant la forme de l’information en ajoutant un titre expressif, une image choquante, l’information est perçue plus rapidement par le public et influence son choix.

Pour conclure, ce JeDII nous a offert une nouvelle vision de l’information et son enjeu sur la société actuelle du point de vue de professionnels.

Merci aux participants pour ce beau moment de partage !🚀 #WeAreIRIIG #LearningBySharing

Retrouvez notre JeDII sur le Design Thinking en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=lFBrEG3BlsM&t=1s

Prochains Jeudis de l’innovation IRIIG sur notre site : https://www.iriig.com/evenements/

Dans la même catégorie