Les Jeudis de l'Innovation IRIIG (JeDII) : L’art de la performance, que peut-on apprendre des environnements extrêmes ?

Les Jeudis de l'Innovation IRIIG (JeDII) : L’art de la performance, que peut-on apprendre des environnements extrêmes ?

Forte de sa pédagogie innovante, IRIIG  se donne pour devoir d’inspirer au quotidien ses étudiants . Cela passe par l’organisation de se s Jeud is de l’Innovatio n IRIIG  (JeDII)  deux fois par mois au  H7 (et en visioconférence), plus grand lieu d’accélération de start-up à Lyon et lieu totem de la French Tech.  Ces événements sont publics et ouverts à l’écosystème de l’innovation et de l’entrepreneuriat de la Région.  Nos invités phares sont des conférenciers et professionnels de talent qui ont une vision inspirante et/ou originale.  

Jeudi 10 mars, Thierry Picq, Docteur en Gestion et Co-Fondateur d’ACT4 TALENTS, nous a fait l’honneur de nous présenter ses travaux de recherches au sujet de la performance.  

En s’appuyant sur son ouvrage « L’art de la performance » paru en août 2021, Thierry Picq a choisi de faire voyager son auditoire, au travers de ses expériences en tant que sportif de haut niveau, vers un univers de haute performance.  

La performance qui selon lui consiste à « faire des choses simples, mais à la perfection ».  

L’objectif au travers de cette conférence, était de comprendre ce qu’on peut tirer de ces environnements dits extrêmes et comment atteindre la performance au sein de son entreprise.  

À la suite de ses différents travaux de recherches en management, Thierry Picq nous a partagé sa méthode qui s’appuie sur 3 principes et qui sont, selon lui, essentiels pour faire face aux environnements extrêmes, y compris celui de la gestion et de la direction d’entreprise.  

Les principes  

  • Se comporter comme un anthropologue c’est-à-dire se plonger dans un environnement de manière neutre et sans jugement pour collecter le plus d’informations possibles.  

  • Utiliser la méthode du Storytelling ou au travers de récits inspirants pour comprendre la réalité, le pourquoi.  

  • Opter pour la pédagogie du détour qui consiste à voir son environnement avec d’autres yeux que les siens pour développer l’inspiration, l’ouverture et la critique.  

La performance, selon Thierry Picq, renvoie à un concept complexe et multidimensionnel. Pour y parvenir, il explique qu’elle repose, selon lui, sur 3 critères indispensables, qui sont : les compétences, l’engagement et la passion. La performance nécessite également une préparation. Tout est une question d’entrainement dans l’idée de pouvoir ensuite mieux improviser que ce soit au niveau individuel ou collectif. Là où l’improvisation, c’est-à-dire la capacité à pouvoir agir dans un monde rempli d’incertitude, est aujourd’hui un enjeu majeur.  

Comment se préparer à l’incertitude ?  

À travers l’approche du risque, lorsqu’on se base sur les faits, sur des modélisations et des extrapolations du passé et que l’on s’en sert pour faire des prévisions.  

À travers l’approche VUCA, lorsque cette fois-ci, on ne sait pas ce qu’il peut arriver demain.  

Pour faire face à l’incertitude, Thierry Picq évoque 3 méthodes :  

  • Se préparer proactivement comme à l’armée en travaillant sur la base de scénario. Cette méthode qui consiste à se dire « Qu’est ce que l’on fait s’il se passe ça ? ». À travers l’interaction et la collaboration, l’idée est de faire émerger toutes les situations envisageables.  

  • Se préparer à profiter de l’incertitude puisque plus l’on s’entraine, plus on développe des automatismes. Cette méthode est très utilisée dans les domaines liés au sport et à la musique.  

  • Se préparer à travers un état d’esprit car l’incertitude dépend finalement de la façon dont on la perçoit. Elle peut tout à fait être vu comme une opportunité.  

Comment agir face à l’incertitude ?  

Un principe de base selon Thierry Picq : « Pas de performance sans collectif ».  

À la suite de ses différentes recherches et expériences, Thierry Picq nous a présenté la matrice qu’il a développée pour agir face à l’incertitude. Pour cela, il a choisi de croiser les dimensions individuelles et collectives et 4 modèles ont émergé.  

  • La dreamteam  où l’équipe qui regroupe les meilleurs talents ensemble mais au risque de rencontrer une difficulté à gérer l’égo.  

  • La tribu là où seule l’équipe compte. Tout repose sur la solidarité et la confiance au risque qu’il n’y ait pas de leader et que les décisions aient du mal à aboutir.  

  • La mécanique, l’équipe où chacun a son rôle et réalise des tâches bien définis. Là où le risque est de ne pas être en mesure de faire face au risque et où l’imprévu semble insurmontable.  

  • L’hologramme  où l’action individuelle va au service du collectif. Ce qui demande parfois d’apprendre à déconstruire son talent individuel pour s’adapter à l’équipe dans son ensemble.  

Thierry Picq finit sur cette matrice en insistant sur le fait que la vraie vie ne repose pas sur des modèles type et qu’aucun n’est mieux que l’autre. Il y a dans toute équipe des richesses individuelles, des supports organisationnels, des relations, de la coopération et l’importance est d’arriver à combiner tout cela en fonction de la situation.  

En complément, Thierry Picq a partagé les 5 C qui sont, aujourd’hui et selon lui, indispensables pour qu’une équipe soit performante.  

Les Compétences  là où l’équipe se construit sur les points forts de chacun.   

La Coordinatio n ou la capacité à créer des procédures pour mieux vivre ensemble.  

Le Clan  c’est-à-dire apprendre à miser sur la qualité des liens sociaux pour renforcer l’appartenance.  

La Coopération  pour multiplier les interdépendances au quotidien et comprendre l’importance de chacun.  

La Confiance qui ne se donne pas, mais qui se construit ensemble.  

Comment assurer la performance ? 

Thierry Picq a continué son discours en expliquant que pour assurer la performance, il fallait tenir compte de 3 piliers.  

  • Le leadership  puisque le collectif ne peut exister sans. Mais tout en l’adaptant vers des formes plus délégatives, responsabilisantes et collectives.  

  • Un contexte favorable au travers des pratiques de management adaptées telles que la stratégie des petites victoires, la gestion des énergies, les temps collectifs ou encore les techniques d’optimisation du potentiel.  

  • L’apprentissage  en continu que ce soit au niveau des individus, des équipes et des organisations.  

Thierry Picq conclura en citant Aristote « L’excellence est une habitude ».  

Selon lui, l’excellence ne concerne pas seulement les athlètes, les musiciens ou les militaires. Elle est à la portée de tout le monde. Il y a des talents et de la valeur ajoutée dans chaque individu. Mais pour développer son excellence il faut de la répétition, de la rigueur et surtout de l’engagement.  

Partager


Retrouvez-nous sur notre tout nouveau campus !
À partir du 16 août au 2 avenue Tony Garnier, Lyon 7ème (surprises & photos à venir).


JOURNEE PORTES OUVERTES


Venez visiter le campus IRIIG à Lyon (2 Avenue Tony Garnier).

Rencontrez nos équipes et étudiants, posez-nous toutes vos questions  ! 🚀💡

▶️ Samedi 10 décembre de 10h à 12h

Inscription