Les Jeudis de l'Innovation IRIIG (JeDII) : Le défi de l'électrification

Les Jeudis de l'Innovation IRIIG (JeDII) : Le défi de l'électrification

Hubert de la Grandière, Directeur de “SuperGrid institute de la transition énergétique basée à Lyon, est intervenu lors d’un JeDII IRIIG pour répondre avec pédagogie au “Défi de l'electrification".

Lors de cette présentation, il a mis en évidence le fait que l'énergie renouvelable nécessite davantage de transports et de pertes que les énergies fossiles, car elles sont souvent produites dans des zones éloignées et difficiles d'accès.  

Le transport d'électron est en effet complexe, surtout avec les énergies renouvelables (liées au vent, le soleil et l’eau), en raison de leur localisation éloignée des zones de consommation et des saisonnalités de production.  

Hubert de la Grandière a souligné́ un projet aux multiples enjeux. Il fait un état des lieux entre la France qui consomme 10% de l'électricité européenne et l’organisation européenne qui sont tous deux impliqués dans la création d’un modèle interconnecté.  

Pour l’organisation européenne les objectif horizon 2030 sont de réduire de 55% la production de CO2 et d’atteindre un niveau neutre en 2050.  

Les prévisions de croissance de la consommation d’électricité en Europe sont prévues entre 40 à 60% par rapport à la consommation actuelle.  

Pour renforcer les réseaux électriques, il y a deux cas de figures imaginés :  

  • Le réseau alternatif et à 50hz  

Le négatif est que ce type de réseau peut être déstabilisé si surcharge ou manque d'alimentation électrique (Fun fact : En 2018, les appareils se dérèglent à cause d’un déficit électrique au Kosovo). Ce type de réseau à une déperdition électrique plus importante que le courant continu, notamment pour les transports au-delà de 50km.  

  • Le réseau continuLe négatif est essentiellement le coût important de l'investissement pour créer un réseau complet de courant continu. Aujourd’hui, il existe que des parcelles de réseaux en courant continue et il faut les relier entre elles en plus d’en créer de nouvelles  

Projetez-vous demain et imaginez l'Allemagne, la France, l'Angleterre et la Norvège qui partagent des parcs de champs d’éolienne.  

Compte tenu des oppositions sociales face à la création de parcs d’éolienne terrestre dans divers pays, l'Off-Shore semble être une solution viable. Il y a en Mer du Nord un plateau à̀ 40m de fond qui est au cœur de l’attention euro 

Ce cas est un excellent exemple pour envisager les deux grands challenges de ce projet nécessaire pour répondre à nos enjeux de dév 

Challenges techniques :  

  • Coupure du courant continu  

  • Interopérabilité́ entre convertisseurs et fabricants différents  

  • Appareillage en CCC  

  • Pilotage réseau hybride  

  • Interopérabilité́ des convertisseurs  

  • Des isolants performants  

 

Challenge organisationnel et régulatoire :  

  • Qui est responsable du système et du fonctionnement ?  

  • Qui l’opère ?  

  • La réglementation ?  

  • Les corridors de puissance à Courant continue seront des colonnes vertébrales en soutien au réseau AC de demain ?  

  • Leur développement est nécessaire à l’intégration massive de sources renouvelables d’électricité ?  

  • Ils auront un rôle clef pour transporter l’électricité, partager les réserves et stabiliser les réseaux ?  

  • Les réseaux de transport et de distribution ne doivent pas être opposés, mais converger vers un optimum de façon coordonnée ?  

 

Pour résumer, il y a 3 types de réseaux inter connectés :   

  • Des Grandes zones à 50hz (Production d’électricité, Centre de conversion, 

  • Nucléaire, Parc éolien OffShore, Hydraulique)  

  • Un réseau de transport longue distance en Courant Continue  

  • Des Micro grids (consommateurs, batteries, maisons, panneaux solaires, éoliennes, particuliers, voiture, etc)  

 

Pour conclure et répondre aux questions concernant le recyclage des matériaux utilisés, la disponibilité de ressources de cuivre et d’aluminium pour réaliser un chantier d’une ampleur européenne et internationale, Hubert de la Grandière nous répond qu’il pose les questions suivantes aux acteurs Français et Européen qu’il rencontre :  

1)  Qu’est-ce que vous acceptez comme dépendance énergétique ?  

2)  Qu’est-ce que vous souhaitez comme autonomie énergétique ?  

 

Il y a encore de nombreux défis à relever et ils sont autant technologiques qu'humains pour organiser et maintenir un réseau, frugal, fonctionnel, quelle que soit la saison ou le climat politique.  

Pour aller plus loin, aller et vous projeter au travers des 4 scénarios de l’Ademe :  

https://transitions2050.ademe.fr/  

Partager

Soirée portes ouvertes


Inscription

Venez visiter le campus IRIIG et rencontrer nos équipes et étudiants, posez-nous toutes vos questions  ! 🚀🦁

📍 IRIIG –  2 Avenue Tony Garnier 69007 LYON

📆 mercredi 13 mars - à partir de 18h